Retour vers accueil
Liste des Grandes Courses Alpinisme
SNGM
Face nord des Droites

Face nord des Droites
Davaille

DESCRIPTION: extrait du livre Patrick Berhault

Face nord des Droites Dernier problème majeur des Alpes, cette paroi mixte de mille mètres de haut fut gravie pour la première fois en 1955, par Pierre Cornuau et Maurice Davaille, après six jours d'ascension laborieuse. On pensait dans la vallée qu'on ne les reverrait plus... Pierre Cornuau raconte ainsi le franchissement d'un des passages-clés. C'est leur troisième jour dans la paroi : ź La progression dans le rocher commenša bien, mais très lentement. [...]. Davaille devait dégager des quantités de neige pour atteindre de petites fissures pitonnables et y placer les étriers. Je recevais les glašons sur la tête. └ trois heures de l'après-midi, nous étions montés de cinquante mètres.
Du relais o¨ je me fatiguais Ó ne rien faire sur des prises incommodes, je devais me pencher pour voir la tête de Davaille. Elle était un mètre en dessous d'un bloc caractéristique. Je me penchais périodiquement. Parfois elle était proche du bloc, parfois plus basse.
└ quatre heures, elle était au même endroit. └ cinq heures, elle n'avait pas avancé d'un centimètre. [...]. └ six heures, Davaille passa. ╗

Réalisée le 5 juillet 1979 par Patrick Berhault, seul, en 5h 30.
Saison: plutôt automne/hiver
NIVEAU: TD+

C'est la grande course, à la fois glaciaire et mixte, et cela tient à plusieurs facteurs.
D'abord il y a la forme et l'allure de la face, inscrite entre deux éperons (l'éperon NE à gauche et l'éperon NW à droite) donc un peu enfermée tout en étant très vaste : la moitié supérieure mixte étant plutôt creusée, concave, en entonnoir et la moitié inférieure, neigeuse, plutôt convexe, présentant un bombement comme un bouclier.
Ensuite, il y la pente et son style qui tient à la fois de son inclinaison et de sa structure.
Dans la première moitié : pellicule de glace plus ou moins fournie pouvant être épaisse, couverte de neige jusqu'à cacher les dalles sous-jacentes ou au contraire, mince et translucide les laissant apercevoir ;dans la moitié supérieure : les plaques de granit lisses et arrondies, souvent verglacées, entourées de couloirs de glace.
En fait, de haut en bas, tout est fuyant, glissant, il n'y a pas de pointement rocheux nets, anguleux, reposants ; de plus, la paroi n'a pas la bonne inclinaison : si elle était plus raide, la glace ne pourrait pas s'y accrocher, même avec l'aide de l'orientation.

C'est donc une paroi très sévère et particulièrement inhospitalière, c'est-à-dire sans replat, sans point de repos et également sans point de repère précis, car tout se ressemble dans ce terrain mixte.

Pour toutes ces raisons, et aussi parce qu'elle ne se prête guère au pitonnage comme cela est le cas aussi bien au pilier Bonatti qu'à la Walker et même au pilier du Frêney, il y a peu de chances pour que la face N des Droites se dénature, perde son caractère et devienne une course très fréquentée. Elle restera toujours très sauvage.

• 1re ascension :
P. Cornuau et M. Davaille, 5/10 septembre 1 955.
Dénivellation : 1 000 m (entre 3 000 et 4000m).

Extrait des 100 plus belles courses de Rébuffat.


RETOUR LISTE DE COURSES


© grandes-courses-alpinisme.com 2005-2017
Alpinisme - Webmaster - Conception : Béatrice Cardinale
Téléphone : 04.93.13.93.34 / 06.07.58.61.82 - Conditions de vente
Email :
Valid XHTML 1.0!