Retour vers accueil
Liste des Grandes Courses Alpinisme
SNGM
Aiguille Verte, arête des Grands Montets par Benjamin Guigonnet

Aiguille Verte, arête des Grands Montets

 Au départ des Grands Montets 3200m, une arête soigneusement dessiné rejoint directement la calotte glacière du sommet de la Verte 4122m. Avec François Antichan, futur guide, nous avons parcouru cette arête constituant une course de niveau D. 

L'Aiguille Verte est un sommet qui a fasciné plus d'une génération d'alpiniste. A l'époque des grandes premières, Le grand Edward Whymper en était tombé sous son charme. Il réussira la première ascension en 1865 avec l'aide de ses guides.

L'arête des Grands Montets bien visible depuis Chamonix est pour moi une course esthétique, longue, varié, en altitude, avec un joli bivouac, bref juste une voie de rêve.

Sommet de la Verte, vue sur le Mt Blanc, les Aiguilles de Chamonix et à droite les Aiguilles rouges.

 A cause d'une météo orageuse, nous bivouaquerons à l'arrivée du téléphérique des Grands Montets. En partant très tôt dans le nuit, nous arriverons à avoir le train du Montenvers et rentrer à Chamonix en échappant aux orages du soir.

Ce n'est sans doute pas la meilleur option ! Il est préférable de partir par la 1ère benne du téléphérique pour bivouaquer au pied de la calotte, dessous la pointe Ségogne. L'endroit est confortable et la vue splendide. 

 Les drus et son couloir nord éclairés par la lune.

 L'Aiguille d'Argentière au centre, un autre sommet conquit par E. Whymper.

 François dans la dernière longueur de l'Aiguille Carré.

 L'Aiguille carré est derrière nous ! 

 Le passage le plus marquant de l'arête, l'ascension de la pointe Ségogne. Une dalle suspendue en plein vide rayée d'une seule fissure rendant le passage abordable, 4+. Un véritable must pour le niveau !

 Majeur !

 

 Sommet de la Ségogne.

 A l'attaque de calotte glacière. 

 

 Il fait beau, pas de vent, la neige est parfaite pour cramponner, que du plaisir d’être la haut !

 Sommet ! au fond les Jorasses.

 Nous choisissons de descendre par l’arête du Moine, plus sur que le couloir Whymper en pleine journée mais plus long.

L'arête est encore bien enneigée et nous compliquera pas mal la tâche.

 

 La première ascension a été réalisée par Pierre Dalloz, Jacques Lagarde et Henry de Ségogne le 9 et 10 aout 1925. 


 

© grandes-courses-alpinisme.com 2005-2017
Alpinisme - Webmaster - Conception : Béatrice Cardinale
Téléphone : 04.93.13.93.34 / 06.07.58.61.82 - Conditions de vente
Email :
Valid XHTML 1.0!